Communiqué 
-  2 avril 2014

Mieux accueillir les nouveaux Québécois

Montréal – La première ministre du Québec et chef du Parti Québécois, Pauline Marois, a présenté ses engagements pour mieux accueillir et intégrer les personnes qui ont choisi de vivre au Québec.

Elle était accompagnée de la candidate dans Crémazie et ministre de l’Immigration et des Communautés culturelles, Diane De Courcy, du candidat dans Rosemont, ministre des Relations internationales, de la Francophonie et du Commerce extérieur et ministre responsable de la région de Montréal, Jean-François Lisée, de la candidate dans Verdun, Lorraine Pintal, de la candidate dans Saint-Henri–Sainte-Anne, Véronique Fournier, du candidat dans Laurier-Dorion, Pierre Céré, de la candidate dans Anjou–Louis-Riel, Yasmina Chouakri, de la candidate dans Bourassa-Sauvé, Leila Mahiout, et de la candidate dans Viau, Odette Lavigne.

« Nous sommes fiers que plusieurs dizaines de milliers de personnes décident chaque année de s’installer chez nous pour y vivre et y travailler. Nous sommes déterminés à leur offrir les meilleures chances de réussite. Plusieurs actions ont été entreprises par notre gouvernement, mais nous devons accentuer nos efforts pour accueillir encore mieux les nouveaux Québécois », a affirmé Pauline Marois.

Au cours des 18 derniers mois, le gouvernement du Québec a mis en œuvre des mesures importantes pour faciliter la réussite de la francisation et de l’intégration en emploi des immigrants nouvellement arrivés et pour arrimer encore davantage les critères de sélection.


Un gouvernement du Parti Québécois modernisera le système d’immigration et proposera de nouveau la Loi sur l’immigration au Québec, déposée en février 2014.

« Nous voulons doter le Québec d’un système d’immigration moderne. Nous voulons revoir le processus de sélection des immigrants pour assurer leur francisation et leur insertion professionnelle. Nous proposerons des mesures qui répondront aux défis actuels de l’intégration des nouveaux arrivants », a ajouté la première ministre.

Mieux préparer les personnes immigrantes avant leur arrivée au Québec

Même si les personnes immigrantes sont sélectionnées en fonction de leur scolarité, de leur domaine de formation et de leur maîtrise du français, elles ont besoin de temps pour s'adapter au marché du travail québécois, se faire connaître et trouver un emploi à la hauteur de leurs aspirations et de leurs compétences. Un gouvernement du Parti Québécois s’engage donc à raccourcir ce délai, en permettant aux personnes immigrantes de débuter leurs démarches dès leur sélection par le Québec, qui précède généralement de 12 à 18 mois leur arrivée ici.

« Concrètement, nous faciliterons cette préparation en augmentant annuellement de 10 % le nombre d'utilisateurs de la Francisation en ligne et de 20 % ceux du Service d'intégration en ligne. Un gouvernement du Parti Québécois s’engage également à réduire de façon significative les délais des évaluations comparatives des études effectuées hors du Québec », a expliqué Diane De Courcy.

Poursuivre les progrès amorcés pour la francisation des immigrants

Le gouvernement du Parti Québécois a annoncé un investissement supplémentaire de 13,5 M$ au cours des trois prochaines années pour la francisation des personnes immigrantes. Il s’agit d'une des 24 actions du plan Un Québec fort de son immigration, qui visent à maximiser l'apport de l'immigration au développement économique, culturel et social du Québec.

« La maîtrise de la langue est un facteur fondamental de l’intégration des personnes. Plus de soutien à l’apprentissage du français pour les enfants allophones sera offert, et ce, dès l’âge préscolaire. Le gouvernement mettra également en œuvre des pratiques novatrices de francisation des travailleurs étrangers temporaires. Enfin, les projets favorisant l’intégration et la francisation des parents seront davantage soutenus », a ajouté Diane De Courcy.

Inciter les immigrants à s’établir partout au Québec

« L’immigration est une force indéniable pour le Québec, et toutes les régions doivent en bénéficier. À l’heure actuelle, seulement 20 % des nouveaux arrivants s’installent en dehors de Montréal. Nous mettrons en place des mesures pour augmenter ce taux à au moins 25 % d’ici 2020 », a ajouté Pauline Marois.

Dans plusieurs régions, des ententes ont déjà été conclues afin d'adapter les moyens d'attirer les futurs immigrants ou ceux qui viennent de s'installer à Montréal. Nous souhaitons également améliorer le soutien aux immigrants qui sont déjà installés en région, en vue de favoriser leur rétention. Ces ententes continueront d’être développées.

Une attention particulière aux défis des personnes immigrantes originaires du Maghreb

Même si elles sont sélectionnées en grand nombre pour leur maîtrise du français et leur scolarité, les personnes immigrantes originaires du Maghreb éprouvent d'importantes difficultés d'intégration au marché du travail, en particulier lors de leurs premières années au Québec.

« Un gouvernement du Parti Québécois veillera à mieux intégrer au marché professionnel ces personnes, en améliorant la reconnaissance de leurs diplômes et de leurs compétences. Nous avons invité l’Algérie, le Maroc et la Tunisie à travailler avec nous en ce sens », a déclaré Jean-François Lisée.

Il nous faut les moyens d’agir

« Le Parti Québécois mise sur une immigration et une intégration réussies des personnes qui choisissent le Québec pour y vivre. Nous devons tout mettre en œuvre pour mieux intégrer nos immigrants et leur donner les moyens de réussir, afin qu’ensemble, nous devenions plus prospères, plus accueillants », a conclu Pauline Marois.

Nous avons un plan et l’équipe pour réussir. Aujourd'hui, il est temps de nous donner les moyens d'aller plus loin encore.