Communiqué 
-  25 mars 2014

Le Parti Québécois a répondu à une demande d’information

Montréal – Dans le cadre de sa mission, l’UPAC a manifesté le souhait de rencontrer tous les partis politiques, dont le Parti Québécois, de façon informelle. Ces rencontres, à la demande de l’UPAC, devaient demeurer confidentielles.

Puisque l’existence de cette rencontre a été révélée à un média, le Parti Québécois tient à rendre publique toute l’information à ce sujet, afin de ne pas entretenir de confusion entre la situation du Parti libéral, qui a été perquisitionné, et celle du Parti Québécois, à qui on a demandé d’expliquer sa structure et ses méthodes de financement.

En février dernier, le directeur général du Parti Québécois, Sylvain Tanguay, et le directeur des finances et de l’administration, Pierre Séguin, ont rencontré de façon informelle deux sergents enquêteurs de l’escouade Marteau.

Les enquêteurs ont affirmé vouloir obtenir, de tous les partis politiques, des renseignements quant au financement du parti, à sa structure et à ses méthodes de financement.

Les représentants du Parti Québécois ont expliqué que son financement est assuré par des bénévoles, que pour chaque don, une fiche était dûment remplie avec tous les renseignements sur le donateur et un reçu était émis. Il a aussi été confirmé que le bénévole s’assure que tous les dons sont faits de façon personnelle.

Sur les objectifs de financement, il a été expliqué qu’ils sont établis en fonction du nombre de membres dans chaque circonscription, et non sur la base du fait que celle-ci est représentée par un député ou un ministre du Parti Québécois.

Rappelons qu’une plainte a été déposée aujourd’hui par le Parti Québécois auprès du Directeur général des élections du Québec afin qu’il enquête sur une activité de financement qui aurait rapporté 428 000 $ au Parti libéral, sans que celle-ci ne soit publiée dans son rapport financier. Cette information a été révélée à la suite d’une perquisition de l’UPAC au siège social du Parti libéral.

Le Parti Québécois n’a été soumis à aucune perquisition, n’a pas eu d’autre rencontre avec les enquêteurs et aucun document n’a été demandé.