Communiqué 
-  19 mars 2013

« Le logiciel libre est une option incontournable pour le gouvernement du Québec » - Stéphane Bédard

Québec - Le ministre responsable de l'Administration gouvernementale et président du Conseil du trésor, M. Stéphane Bédard, a annoncé huit mesures qui permettront au gouvernement du Québec de développer son expertise du logiciel libre et d'en intensifier l'utilisation au sein des organismes publics.

« Le gouvernement croit fermement aux avantages de l'usage du logiciel libre. L'annonce d'aujourd'hui est une avancée importante en ce sens. Pour nous, le logiciel libre représente à la fois une option incontournable pour les organismes publics et une occasion d'affaires pour plusieurs entreprises québécoises. En somme, le logiciel libre, c'est payant pour le Québec », a souligné le ministre Bédard.

Création d'un centre d'expertise gouvernemental

Parmi les mesures annoncées, mentionnons la création, dès le 1er avril 2013, d'un centre d'expertise gouvernemental en soutien et en développement du logiciel libre. Le Centre d'expertise en logiciel libre (CELL) aura pour mandat de développer une expertise de pointe afin d'accompagner les organismes publics dans le développement de solutions basées sur des logiciels libres. À titre d'exemple, des outils de gestion documentaire, de géomatique ainsi que des plateformes de collaboration et de participation seraient développés à partir de ce type de logiciel.

Voici les autres mesures qui permettront au gouvernement du Québec de tirer profit du logiciel libre :

  • Dépôt d'une liste de standards ouverts recommandés, essentiels à l'utilisation des logiciels libres dans les organismes publics, et de leur mode d'application;
  • Mise en place d'un appel d'offres ouvert, lors de la mise à niveau du courrier électronique gouvernemental, afin de considérer les solutions en logiciel libre;
  • Mise à contribution des ministères, des organismes ainsi que des réseaux ayant déjà mis en place, ou qui comptent mettre en place dans un avenir rapproché, des initiatives utilisant des solutions en logiciel libre. Des projets phares seront également créés dans les ministères suivants : Immigration et Communautés culturelles, Culture et Communications, Éducation, Loisir et Sport, ainsi que Finances et Économie;
  • Concertation avec le réseau de l'éducation afin de favoriser l'utilisation des logiciels libres dès le plus jeune âge dans les écoles, d'adapter les programmes de formation collégiale et universitaire en introduisant une formation spécifique sur le logiciel libre et d'identifier les occasions d'utilisation du logiciel libre dans ce réseau;
  • Animation d'une communauté de pratique sur le logiciel libre pour l'ensemble des organismes publics et des réseaux;
  • Évaluation des mécanismes administratifs qui freinent l'utilisation du logiciel libre au sein de l'Administration publique;
  • Diffusion de trois guides concernant l'utilisation des logiciels libres. Ces guides permettront une meilleure prise en compte des logiciels libres pour répondre aux besoins des organismes publics.

« Avec ces mesures, qui accentueront l'utilisation du logiciel libre dans les organismes publics, le gouvernement fait un pas de plus pour se donner une plus grande flexibilité dans la gestion de ses ressources informationnelles », a conclu le ministre Bédard.

Annexe : Mandat du Centre d'expertise en logiciel libre [www.tresor.gouv.qc.ca]

Mandat du Centre d'expertise en logiciel libre (CELL)

Pour accroître l'utilisation du logiciel libre au sein des organismes publics, les autorités gouvernementales doivent offrir à ceux-ci de l'encadrement, de l'accompagnement et du soutien.

Pour ce faire, le gouvernement mettra en place, au sein du Centre de services partagés du Québec, une équipe d'experts chargés de soutenir les organismes publics dans l'utilisation du logiciel libre. Le Centre d'expertise en logiciel libre (CELL) contribuera à développer l'expertise et le savoir-faire internes, à préserver ceux-ci, à identifier et à baliser les créneaux d'intervention du gouvernement, favorisant ainsi l'adoption de technologies actuellement peu connues.

De façon plus particulière, le mandat du CELL consistera à :

  • Offrir aux organismes publics un accompagnement et des services-conseils dans l'utilisation des logiciels libres;
  • Évaluer, sélectionner et, au besoin, adapter les logiciels libres d'intérêt pour le gouvernement du Québec;
  • Mettre en place des outils et infrastructures nécessaires à l'utilisation des logiciels libres;
  • S'impliquer dans les communautés non gouvernementales de logiciels libres, notamment afin de les influencer en fonction des besoins des organismes publics;
  • Faire le lien avec les fournisseurs spécialisés;
  • Mettre à contribution les ministères et organismes et les réseaux ayant déjà mis en place, ou qui comptent mettre en place dans un avenir rapproché, des initiatives utilisant des solutions en logiciel libre;
  • Accompagner le ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport, le ministère des Finances et de l'Économie, le ministère de la Culture et des Communications et le ministère de l'Immigration et des Communautés culturelles dans leurs projets phares à l'égard du logiciel libre;
  • Travailler avec le réseau de l'éducation afin :De favoriser l'utilisation des logiciels libres dès le plus jeune âge dans les écoles; De collaborer avec les cégeps et les universités pour adapter les programmes de formation collégiale et universitaire, en introduisant une formation spécifique sur le logiciel libre;
  • D'offrir des emplois étudiants centrés sur le logiciel libre, pour ceux ayant un intérêt pour ce sujet;
  • D'identifier les occasions d'utilisation du logiciel libre dans ce réseau;
  • Assurer une veille sur le sujet et diffuser cette veille auprès des organismes publics;
  • Créer et animer une communauté de pratique sur le sujet pour l'ensemble des organismes publics et des réseaux;
  • Adapter des méthodologies en la matière;
  • Travailler avec le Centre de leadership et de développement des compétences afin d'établir un plan de formation adapté aux différents acteurs des organismes publics qui interviennent dans l'élaboration et le choix des solutions technologiques.