Communiqué 
-  31 octobre 2012

Discours d'ouverture : rétablir la solidarité pour tous

Québec – Dans son discours d’ouverture, la première ministre du Québec, Mme Pauline Marois, a assuré que la solidarité serait la ligne directrice de l’ensemble des actions du gouvernement dans les domaines de l’éducation, de la santé et des services sociaux, de la justice et du développement des villes et des régions.

La solidarité appelle à offrir à chacun l’égalité des chances. Pour ce faire, l’accès à l’éducation est un élément clé. Ainsi, après avoir annulé la hausse des droits de scolarité, le gouvernement respectera son engagement de tenir un sommet sur l’enseignement supérieur. Une série de mesures sera mise en place pour lutter contre le décrochage scolaire, notamment en permettant aux écoles primaires et secondaires du Québec l’embauche de centaines de professionnels pour venir en aide au personnel en place. Les efforts consacrés à l’alphabétisation et à la formation professionnelle sont aussi au nombre des actions prioritaires du gouvernement.

En ce qui concerne la petite enfance, le gouvernement vise à ce que chaque enfant ait sa place en garderie d’ici les quatre prochaines années. Des milliers de places seront annoncées sous peu et, dès le début de l’an prochain, un appel de projets sera lancé pour compléter le réseau. Le gouvernement ira de l’avant avec la maternelle à quatre ans dans les milieux défavorisés.

Santé : priorité à la première ligne

En matière de santé, la priorité du gouvernement consiste à faciliter l’accès à la première ligne en agissant sur plusieurs fronts, notamment en ajoutant 50 groupes de médecine familiale d’ici deux ans, 170 médecins de famille d’ici un an et plusieurs professionnels et infirmiers dans les groupes de médecine familiale, tout en donnant un rôle accru aux pharmaciens. L’objectif du gouvernement est de faire en sorte que 750 000 Québécois de plus aient accès à un médecin de famille d’ici deux ans.

Une politique nationale de soins et de services à domicile sera également élaborée pour soutenir les personnes âgées et les proches aidants. Cette réforme débutera cet automne avec un groupe de travail sur la création d’une assurance autonomie. Des mesures seront également prises en matière de santé mentale, d’itinérance et de logement social, de violence conjugale et de détresse chez les jeunes.

Un meilleur accès à la justice

Dans le secteur de la justice, le gouvernement aspire à ce que soient sévèrement punis les criminels et les récidivistes, tout en misant sur la réhabilitation, en particulier celle des jeunes. Le gouvernement élargira l’accès à l’aide juridique au plus grand nombre par la hausse progressive des seuils d’admissibilité. Pour s’assurer de l’apparence de justice lorsque des policiers sont en cause, le gouvernement déposera un projet de loi pour instituer un bureau des enquêtes indépendantes chargé de la conduite de toutes les enquêtes ordonnées par le ministre.

Pour assurer la sécurité de la population, le gouvernement déposera un projet de loi en vue de la création d’un registre québécois des armes à feu sans restriction. Ce registre sera mis en place lorsque seront obtenues les données québécoises contenues dans le registre canadien des armes à feu.

Solidarité entre toutes les régions du Québec

Les Québécois ont tout intérêt à ce que la métropole, la capitale nationale et chacune des régions soient fortes. Le gouvernement veillera à ce que toutes les régions du Québec puissent s’enrichir. Une loi-cadre sur la décentralisation sera proposée pour permettre aux décideurs locaux de faire les choix adaptés à leur situation. La Politique nationale de la ruralité mise en place en 2001 sera renouvelée.

« Le Québec demeure l’endroit en Amérique du Nord où la richesse est la mieux partagée et où le niveau de violence est le moins élevé. Nous avons une tradition d’entraide qui remonte à 400 ans et qui nous a très bien servis. Nous devons être fiers de ces accomplissements et continuer sur la voie de cette solidarité », a conclu la première ministre.