Communiqué 
-  31 octobre 2012

Discours d'ouverture : la prospérité économique pour tous

Québec – À l’occasion du discours d’ouverture prononcé à l’Assemblée nationale, la première ministre du Québec, Mme Pauline Marois, a indiqué que son gouvernement compte accorder une grande priorité au redressement des finances publiques et à l’accélération de la croissance économique du Québec dans l’intérêt de tous les Québécois.

D'importants dépassements de coûts ont été observés dans les grands projets d’infrastructures en cours au Québec. Pour éviter que cette situation se reproduise, Pauline Marois propose de resserrer les règles de gestion. Ainsi, au cours des prochaines semaines, un examen systématique des investissements sera effectué, sans remettre en cause les projets ou les retarder.

« L’effort de contrôle des dépenses est déjà bien engagé dans tous les ministères, mais nous voulons nous assurer de maintenir une grande rigueur, la seule voie possible si nous voulons protéger notre capacité collective d’agir. C’est la seule façon d’atteindre l’équilibre budgétaire en 2014 et de réduire le ratio de notre dette sur le PIB », a déclaré Pauline Marois.

Trois fronts pour une économie durable et solide

En vue de jeter les bases d’une économie durable et solide, le gouvernement entend agir sur trois fronts : l’exploitation responsable des ressources naturelles, l’établissement d’une stratégie économique qui mise sur les entrepreneurs et l’innovation, et la relance des exportations.

En matière de ressources naturelles, la première ministre a annoncé un réel plan de développement du Nord : le Nord pour tous. Un secrétariat au développement nordique sera ainsi créé dans le but d’assurer la coordination de l’ensemble des actions gouvernementales. Un nouveau régime de redevances minières sera mis en place de façon à enrichir davantage les Québécois. Le gouvernement entend inciter les entreprises à transformer davantage chez nous les ressources qui nous appartiennent, tout en assurant le respect des meilleures pratiques environnementales. La première ministre a également abordé le potentiel pétrolier que le gouvernement est déterminé à exploiter et elle a annoncé la volonté du gouvernement d’adopter une charte du bois.

Le gouvernement favorisera l’innovation et l’entrepreneuriat avec l’adoption d’une politique nationale de la recherche et de l’innovation, et la création de la Banque de développement économique du Québec. Le lancement d’une stratégie industrielle pour le développement des transports et des énergies propres jettera les bases de l’économie du XXIe siècle. Dans une vision à plus long terme, des consultations et des analyses seront effectuées pour établir une politique d’indépendance énergétique.

En matière d’exportations, le gouvernement travaillera sur un plan de développement du commerce extérieur afin de réduire notre déficit commercial annuel. Le gouvernement visera à attirer les investissements internationaux et à se déployer sur les marchés étrangers en relançant nos exportations.

Enfin, d’autres secteurs importants seront mis à contribution pour relancer la croissance économique. Le gouvernement misera sur l’agriculture et la souveraineté alimentaire pour donner un nouveau souffle à cet important secteur d’activité. Un plan de développement ambitieux du tourisme permettra d’attirer des capitaux précieux dans notre économie. Le gouvernement entend également déposer une loi-cadre pour reconnaître, promouvoir et développer l’économie sociale.

Une prospérité pour tous

La première ministre a insisté sur la nécessité de relancer les investissements et de miser sur l’esprit d’entreprise et sur l’innovation. Elle a exprimé sa conviction concernant le dynamisme économique du Québec. « Nous avons tous les atouts pour faire du Québec un des endroits les plus prospères des Amériques, grâce à une économie fondée sur le développement durable, une prospérité mise au service de tous. »