Communiqué 
-  24 février 2017

Crise au MTQ - Un plan de communication libéral plutôt qu’un grand ménage

Québec, le 24 février 2017 – Le porte-parole du Parti Québécois en matière de transports, Alain Therrien, est insatisfait de la réaction libérale aux scandales touchant le ministère des Transports du Québec (MTQ). Rappelons qu’en juin dernier, Mmes Louise Boily et Annie Trudel ont été entendues par la Commission de l’administration publique, livrant un témoignage troublant sur la culture nocive qui existe au MTQ; pour toute réponse, les libéraux ont effectué une nomination partisane, espérant ainsi camoufler les problèmes.

« Le Parti libéral ne veut pas régler les problèmes au ministère des Transports; il veut seulement les camoufler. À preuve, la nomination ultra-partisane de Marc Lacroix, censé remplacer la fonctionnaire déchue Dominique Savoie – qui, soulignons-le, continue d’être rémunérée à grands frais par les contribuables. M. Lacroix est un habitué des officines libérales. Il a travaillé pendant des années dans les cabinets libéraux, en plus d’avoir été organisateur électoral pour le parti », a d’abord indiqué Alain Therrien.

Or, cette semaine, Marc Lacroix est venu présenter un plan de réorganisation du MTQ en commission parlementaire. « Ce plan n’était que phrases creuses et concepts flous. À l’évidence, il s’agissait beaucoup plus d’un plan de communication pour faire bien paraître le Parti libéral que d’un plan de réorganisation. M. Lacroix fait ainsi écho aux propos de son ministre, Laurent Lessard, qui avait formellement déclaré, en entrant en poste, qu’il n’était pas là pour faire le ménage », a ajouté le porte?parole.

Lors de leur témoignage, Mmes Boily et Trudel avaient révélé l’existence de problèmes d’intimidation au MTQ, notamment dans les directions territoriales. Louise Boily a raconté en avoir elle-même été victime. « Les vérificateurs internes du MTQ auraient été intimidés parce qu’ils devaient surveiller leurs propres patrons. Lorsque la crise a éclaté, ils ont été rattachés à un autre secteur mais, comme le sous?ministre l’a révélé, cette mesure n’est que temporaire. Donc, ce n’est qu’une question de temps avant que cette situation aberrante se reproduise. Bref, conformément à la méthode libérale, le problème a été balayé sous le tapis », a poursuivi Alain Therrien.

Aux yeux du député, le gouvernement envoie aussi un bien mauvais message aux dénonciateurs en laissant en poste la sous-ministre Danièle Cantin, qui est la cible d’allégations d’intimidation à l’endroit de Louise Boily. « Mme Cantin n’a fait l’objet d’aucune enquête administrative. Nos inquiétudes sur le manque de transparence, la culture des extras et l’intimidation au ministère des Transports sont loin d’être apaisées. Le Parti libéral n’a plus aucune crédibilité quand vient le temps de faire le ménage. Nous n’avons aucune confiance envers ce gouvernement usé et opaque », a-t-il conclu.