Communiqué 
-  25 février 2014

Consolidation de 3000 emplois directs en région - Le gouvernement du Québec annonce une entente de 15 ans avec Alcoa

Baie-Comeau – La première ministre du Québec, Pauline Marois, accompagnée de la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, et du député de René-Lévesque et député responsable de la région de la Côte-Nord, Marjolain Dufour, a annoncé une entente majeure avec Alcoa qui permettra de maintenir les activités de l’entreprise au Québec pendant une période minimale de 15 ans et ainsi de consolider 3000 emplois directs.

« Je suis particulièrement fière de la conclusion de cette entente qui marque un nouveau départ dans notre relation avec Alcoa, en plus d’assurer la pérennité de ses activités au Québec et le maintien d’emplois de qualité dans nos régions pour une période d’au moins 15 ans », a déclaré Pauline Marois.

« Nos entreprises spécialisées dans la production et la transformation ont développé un savoir-faire qui contribue largement à notre croissance économique et au déploiement de nos exportations », a ajouté la ministre Martine Ouellet.

Le gouvernement du Québec et Alcoa sont résolument tournés vers l’avenir. Dans un contexte où l’industrie de l’aluminium primaire traverse une période difficile, la réouverture de l’entente conclue en 2008 s’avérait nécessaire. Cette nouvelle entente entre Alcoa, Hydro-Québec et le gouvernement du Québec vise ainsi :

  • l’engagement par Alcoa de maintenir le niveau d’emploi;
  • une formule tarifaire améliorée pour soutenir la compétitivité des trois usines et pour mieux tenir compte des conditions actuelles du marché;
  • des investissements d’Alcoa totalisant un minimum de 250 M$ sur cinq ans, dont 150 M$ seront dédiés spécifiquement à l’aluminerie de Baie-Comeau, afin de réaliser notamment la réfection du centre de coulée pour la production de plaques d’alliage à valeur ajoutée dans la fabrication des produits laminés destinés au marché de l’automobile (22 M$), la roue de coulée (16 M$) et la conversion d’une bouilloire, du mazout aux granules de bois (5 M$);
  • la poursuite des activités d’innovation du Centre d’excellence du Groupe mondial produits primaires d’Alcoa à l'aluminerie de Deschambault, notamment dans le domaine de la transformation de l'aluminium;
  • la réalisation d’une étude de faisabilité par Alcoa, qui misera sur les avantages du site de Baie-Comeau en vue de concrétiser un projet de production d’aluminium à valeur ajoutée, ce qui placerait cette usine à l’avant-garde de la future demande d’aluminium pour les véhicules électriques.

Alcoa, partenaire de la Stratégie d’électrification des transports

« Notre gouvernement mise sur sa stratégie d’électrification des transports pour mobiliser de nombreux acteurs, tels qu’Alcoa, autour d’une vision ambitieuse et porteuse pour l’avenir, a ajouté Pauline Marois. Nous voulons utiliser cette nouvelle entente comme tremplin pour faire du Québec un leader mondial des transports électriques. L’entreprise fournira son savoir-faire pour la conception de véhicules allégés grâce à l’aluminium, en participant entre autres au développement et à la croissance de projets parrainés par nos centres d’expertise. »

L’entreprise Alcoa et son partenaire Phinergy ont signé récemment un accord de collaboration afin de développer conjointement une nouvelle batterie, fonctionnant à l’air et à l’aluminium, ayant pour objectifs d’augmenter l’autonomie des véhicules électriques et de servir de réserve énergétique dans de multiples applications.

« De nombreuses innovations sont attendues dans le secteur de l’automobile au cours des prochaines années, a soutenu Martine Ouellet. Et le Québec, dans le cadre de sa stratégie d’électrification des transports, mise sur la capacité d’innover de ses entreprises dynamiques, telles qu’Alcoa, pour se distinguer. Les récentes annonces des constructeurs automobiles marquent également un virage significatif vers une utilisation intensive de l’aluminium dans le secteur des transports de masse. »

« Cette entente s’avère bénéfique tant pour le Québec que pour Alcoa, qui réitère ainsi son engagement à long terme avec le Québec, a conclu Pauline Marois. Avec 4,7 G$ d’exportations en 2012, l’aluminium primaire est un moteur économique majeur. L’entreprise Alcoa représente plus du tiers de la production québécoise d’aluminium; il est donc essentiel d’assurer la poursuite de ses activités. Et, avec cette entente, c’est exactement ce que nous faisons. »

Alcoa est l’un des principaux producteurs d’aluminium à l’échelle mondiale. Les activités de l’entreprise sont réparties dans trois alumineries (Baie-Comeau, Deschambault et Bécancour) et trois usines de transformation de l’aluminium (Bécancour, Laval et Pointe-Claire). Le siège social d’Alcoa Canada est situé à Montréal.