Communiqué 
-  5 septembre 2013

Bilan de la première année du gouvernement : Rendre le Québec et Saint-Maurice plus forts

Shawinigan – Mme Pauline Marois est devenue la première femme élue première ministre de l'histoire du Québec le 4 septembre 2012. La première année de mandat de son gouvernement est marquée par l’écoute, le courage et la détermination. Après avoir mis de l'ordre, le gouvernement du Québec a de nouveau les moyens d’agir pour que les Québécois retrouvent de la fierté. Les priorités sont claires : l’économie et la création d’emplois, la solidarité et l’aide à ceux qui sont dans le besoin, et l'identité et des mesures pour mieux vivre ensemble. Ainsi, le gouvernement du Parti Québécois s'engage à rendre le Québec plus fort.

C'est devant une pancarte électorale récupérée et améliorée que le député Luc Trudel a convoqué les médias afin de souligner le premier anniversaire de sa victoire électorale. «Les gens de Saint-Maurice m'ont accordé leur confiance et je prends deux jours pour les rencontrer et leur dire merci. C’est pour eux que je vais me battre et défendre la région». Pour lui, la fonction parlementaire est exigeante, mais c’est surtout une expérience fabuleuse et un privilège; «C’est une vie intense, au coeur de l’action, on a l’impression d’agir et changer un peu le monde». Par contre, l’exigence du travail se fait aussi ressentir au niveau familial, «ça exige de bons compromis pour la famille. Je leur dois beaucoup, surtout pour tout le soutien qu’ils m’apportent».

«J'ai offert l’an dernier mon expérience politique, ma connaissance des dossiers et la vigueur reconnue des Trudel. Ma jeunesse a aussi été un facteur déterminant pour l'obtention d'une majorité importante alors que les gens de Saint-Maurice étaient à la recherche d'un représentant incarnant la fougue de la nouvelle génération», souligne Luc Trudel.

«C’est avec honneur que je représente les citoyens du comté de Saint-Maurice depuis la dernière année et je ne veux ménager aucune énergie pour défendre notre belle région». La franchise et la transparence du nouveau député ont été remarquées alors qu’il ne s'est pas gêné pour prendre des positions fortes dans plusieurs dossiers.

Un apprentissage accéléré

Très tôt, d’importants dossiers ont été mis de l’avant. Notamment, Gentilly-2 où M. Trudel a été appelé à intervenir directement dans le feu de l’action dans un dossier chaud. Par la suite, Hydro-Québec a monopolisé la place publique avec le balisage de la rivière Saint-Maurice et les relations difficiles avec le milieu qui se sont soldés par une rencontre organisée par M. Trudel afin d’atténuer la grogne et de conclure des ententes favorables entre les parties.

Entre temps, il est important de souligner la réalisation d’autres dossiers tels que le premier versement d’un million de dollars de la phase 1 du Centre d’entreprenariat de Shawinigan et l’école primaire de la Tortue-des-bois de Saint-Mathieu-du-Parc qui a obtenu les accords afin de procéder à la construction de son gymnase.

Mise en place du gouvernement

L’équipe de Pauline Marois est arrivée dans un climat politique instable et précaire causé par le gouvernement précédent qui avait laissé de bien mauvaises surprises à tous les égards : corruption, crise étudiante et finances publiques. «On a reçu le mandat de défendre la population, mais la situation nous a forcée à faire des choix difficiles.»

Objectif 2013-2014

Pour Luc Trudel, la priorité de la prochaine année est claire, «un plan d’action pour le développement économique de Shawinigan sera mis en oeuvre. On doit travailler de concert pour redonner à Shawinigan un lustre qui pourrait rappeler l’époque prospère qu’elle a connue». D’autres dossiers seront aussi en avant plan soit; l’eau potable à Shawinigan, l’usine Laurentide de Grand-Mère, l’assainissement des eaux de Saint-Mathieu-du-Parc et du Lac-à-la-Tortue. «C’est une autre année mouvementée qui nous attend. Je veux régler le dossier de l’eau potable pour enfin donner le coup d’envoi à celui du Lac-à-la-Tortue. J’ai dit que je ne voulais pas faire de promesse en l’air, mais j’ai surtout dit que je voulais agir et c’est ce que je fais» souligne le député.