Communiqué 
-  9 septembre 2013

Bilan de la première année du gouvernement : Rendre le Québec et Deux-Montagnes plus forts

Saint-Eustache - « Une année déjà et j'ai toujours la même passion de représenter la population de la circonscription de Deux-Montagnes à l’Assemblée nationale, et cela malgré les difficultés liées à l'exercice du pouvoir et les limites imposées à un gouvernement minoritaire », déclare d’entrée de jeu le député Daniel Goyer.

Fait intéressant, il est le seul député membre du gouvernement qu’ait connu la circonscription au cours des 10 dernières années. « J'ai le privilège de faire valoir les dossiers et préoccupations des citoyens de la circonscription directement auprès des ministres et de la première ministre. Le pouvoir d’agir et le privilège de participer aux décisions est une expérience humaine et professionnelle enrichissante », mentionne-t-il avec satisfaction.

Cet exercice lui permet également de découvrir les rouages de l'administration gouvernementale tout en établissant de précieux contacts et en développant des réseaux, afin de mieux saisir le pouls de la circonscription.

Un Québec plus fort

« Placé au centre des décisions gouvernementales, je fais partie de ce gouvernement qui a osé donner de sérieux coups de barre pour rendre le Québec plus fort », affirme-t-il. Et là-dessus, de citer en exemple le dossier de la fermeture de Gentilly 2 qu’il qualifie de décision courageuse avec, en contre partie, le développement de l'éolien appelé à donner une orientation significative pour l'avenir, avec entre autres une meilleure protection de l'environnement.

Durant cette première année, le député a découvert la vie parlementaire. C'est là qu’à titre de législateur, il participe très étroitement à l'adoption de lois qui ont un impact direct sur tous les citoyens.

« Certaines parmi elles, soutient-il avec force, ont permis de faire le ménage dans le domaine de la construction, dans le financement des partis politiques nationaux et municipaux, de mettre fin à la grève dans le domaine de la construction et de rétablir la paix sociale avec les étudiants. Nous sommes un gouvernement responsable qui a agi dans l'intérêt de la société et je suis content d'y participer. »

Au service des citoyens avant tout

« C'est avec enthousiasme que, dès mon élection, j'ai rencontré les citoyens, les organismes et les décideurs locaux; j'ai écouté, soutenu et représenté la communauté d'ici auprès du gouvernement », relate le député qui avait d’ailleurs mené tambour battant un véritable marathon de rencontres, dit “la tournée du député”, auprès de nombreux organismes communautaires et entreprises.

« Mon désir le plus cher, exprime M. Goyer, est d'être à la hauteur du mandat de digne représentant élu de la population de la circonscription de Deux-Montagnes, obtenu il y a tout juste un an. »

À la mesure de son rôle de député, M. Goyer entend soutenir le développement économique et harmonieux de la région. « Comme je l'ai soutenu lors d'un déjeuner à la Chambre de commerce, je crois au caractère essentiel du développement d'une niche industrielle propre à notre région, apte à lui conférer une « identité » appelée à être reconnue sur une base nationale et internationale. »

Il affirme : « Nous avons des entreprises et des entrepreneurs qui peuvent aisément contribuer à donner cette identité. Il est aussi dans mes fermes intentions de faire en sorte « qu’avec un tel créneau porteur, les citoyens d'ici puissent travailler ici, chez eux ! Et je serai là pour soutenir cette idée avec force et détermination! »

L'an 1 du gouvernement Marois a été consacré à rétablir la paix sociale, et à travailler à une meilleure situation financière de l'État, en une phrase : un gouvernement responsable pour un Québec plus fort.

« Pour ma part, je suis très fier d'y participer et j'entrevois la deuxième année avec optimiste aux côtés de la première ministre madame Marois. » déclare-t-il en conclusion.