Communiqué 
-  4 septembre 2013

Bilan de la première année du gouvernement du Parti Québécois: « On peut regarder l’avenir avec espoir » - Noëlla Champagne

Trois-Rivières –La députée de Champlain et présidente de la Commission de l’aménagement du territoire, Noëlla Champagne, a dressé le bilan de la première année du gouvernement du Parti Québécois. La députée de Champlain en a profité pour souligner le moment historique que représente désormais le 4 septembre 2012, lorsque Pauline Marois est devenue la première femme élue première ministre du Québec.

Le retour à l’équilibre budgétaire pour se donner les moyens d’agir

Selon la députée de Champlain, la première grande action du gouvernement du Parti Québécois a été de renouer avec la responsabilité financière. « Devant l’état des finances publiques à son arrivée au pouvoir, le gouvernement du Parti Québécois a été dans l’obligation de prendre des décisions souvent difficiles, et ce, afin que le Québec retrouve enfin son équilibre budgétaire pour 2013-2014. D’ailleurs, en matière de contrôle des dépenses, notre gouvernement a livré la marchandise, avec une croissance de 1,7% en 2012-2013, soit la meilleure performance des quinze dernières années. Continuer dans la spirale de l’endettement menottait l’avenir du Québec. Il fallait une saine gestion des finances publiques et c’est ce qu’a fait prioritairement le gouvernement du Parti Québécois ».

L’économie et l’emploi au coeur de l’action gouvernementale

Avec le ralentissement de la croissance économique mondiale, le gouvernement du Parti Québécois faisait face à un grand défi, particulièrement avec des finances publiques en piteux état. La députée Noëlla Champagne a tenu à préciser que la situation économique du Québec se compare à celle de ses voisins, malgré ce que peuvent en dire les libéraux. « Les dernières données sur l’emploi démontrent que le Québec compte 70 000 emplois de plus depuis le début de l’année, par rapport à la même période en 2012. La croissance de l’emploi au Québec (1,8%) est supérieure à celle de l’Ontario (1,4%), du Canada (1,4%) et des États-Unis (1,6%). Dans le contexte actuel, ce n’est pas si mal. C’est évident que nous pourrons faire mieux dans les prochains mois. Les libéraux prétendent que nous délaissons l’économie et qu’eux seuls en sont les grands ténors. Tout le monde se souvient pourtant que les libéraux ont gonflé la dette du Québec de 33% en neuf ans et qu’ils ont plongé le Québec en déficit. Si c’est cela s’occuper de l’économie, la performance du gouvernement du Parti Québécois est nettement plus honorable ».

Le gouvernement du Parti Québécois a pris la décision de fermer la centrale nucléaire de Gentilly-II située à Bécancour. Ce choix difficile a évidemment eu des impacts sur l’économie régionale de la Mauricie et du Centre-du-Québec. Un fonds de 200 millions de dollars a dès lors été mis à la disposition de la Mauricie et du Centre-du-Québec afin de relancer les deux régions. « Il est évident que ce n’était pas une décision facile à prendre. Je l’ai toujours mentionné, il faut se relever les manches et utiliser ce fonds de 200 millions $ pour créer de nouveaux emplois et stimuler notre économie. Je peux vous assurer que de bonnes nouvelles sont imminentes et qu’elles auront des impacts significatifs pour notre région », a affirmé Noëlla Champagne.

Le retour vers l’intégrité

« Le gouvernement du Parti Québécois est rapidement intervenu en matière d’intégrité. La population du Québec l’exigeait pourtant depuis plusieurs années sans que rien de probant ne soit réalisé. L’adoption du projet de Loi 1 favorisant l’intégrité en matière de contrats publics, l’adoption du projet de Loi 2 limitant à 100 $ par électeur la contribution annuelle à un parti politique et la Loi 10 permettant de relever provisoirement un élu municipal de ses fonctions en sont trois exemples concrets. Lorsque nous découvrons ce qui est dévoilé à la Commission Charbonneau, il devenait incontournable de faire le ménage et de poursuivre en ce sens. Nous avons déjà fait plus en un an que les libéraux en neuf ans ! », a déclaré Noëlla Champagne.

Notre identité pour valoriser la fierté collective

Toutes les nations du monde font la promotion de leur identité afin de valoriser la fierté collective. Pour la députée Noëlla Champagne, le Québec doit également agir de la sorte, car c’est une question de respect de ce que nous sommes. « Le gouvernement du Parti Québécois a le courage de présenter une charte des valeurs, qui mettra en place des balises claires afin de permettre aux québécois de mieux vivre ensemble. Notre gouvernement va aussi renforcer l’enseignement de l’histoire nationale au primaire, au secondaire et au collégial pour offrir aux élèves du Québec une formation plus approfondie et valoriser l’identité et la culture québécoises. Il est temps d’apprendre à se connaître », a précisé la députée de Champlain.

Une vision pour l’avenir

Pour la députée de Champlain, plusieurs politiques sont prometteuses. « Je pense à la mise en place de la Politique de souveraineté alimentaire et d’une politique de développement économique et de l’innovation. En matière de solidarité, il faut souligner le projet de loi concernant les soins de fin de vie et le livre Blanc sur la création d’une assurance autonomie. Dès cet automne, l’électrification des transports deviendra le grand projet ambitieux pour l’avenir du Québec. Bref, malgré une gestion serrée des finances publiques, nous pouvons dès maintenant affirmer que les bases pour rendre le Québec plus fort sont en places ».

« Le gouvernement a agi rapidement. Toutes ses réalisations auraient pu facilement s’échelonner sur quatre ans, mais celles-ci se sont concrétisées en une seule année. Rarement a-t-on vu un bilan aussi exhaustif en si peu de temps. C’est l’urgence de la situation avec un contexte budgétaire préoccupant et un climat social en constante dégradation qui ont poussé le gouvernement vers des actions rapides. Des erreurs ont été commises, certes, et beaucoup de travail reste encore à faire, mais le Québec est sur une belle lancée après une année difficile, particulièrement pour la Mauricie. Après Gentilly-II, le dossier de la pyrrhotite demeurera un dossier prioritaire considérant l’ampleur de la situation. On peut regarder l’avenir avec espoir », a conclu Noëlla Champagne.