Publié le 6 mars 2014 par Permanence nationale

Plus prospère, plus propre, plus fier

En 18 mois, le gouvernement du Parti Québécois a remis de l’ordre dans la cabane. C’est le moins qu’on puisse dire. Neuf ans de gouvernement libéral, ça te brise le lien de confiance entre la population et le gouvernement. Et le refus des libéraux, pendant deux ans, à tenir une commission d’enquête sur la corruption donnait raison aux Québécois d’être cyniques et désabusés.

En arrivant au pouvoir, nous n’avons pas trainé : Loi 1 sur l’intégrité en matière de contrats publics, Loi 2 sur le financement des partis politiques qui limite à 100 la contribution maximale, Loi 10 permettant de relever un élu municipal accusé au criminel. Et c’est sans compter que nous avons prolongé les travaux de la commission Charbonneau, éliminé le placement syndical, élaboré un nouveau plan d’action sur la gestion de contrats au ministère des Transports, développé des outils pour augmenter l’accès à l’information.

La confiance entre les élus et la population est essentielle à la santé de la démocratie. Le cynisme nous donne l’excuse de ne pas nous impliquer, de ne pas nous informer, de nous désolidariser. Le cynisme nous isole et nous empêche de progresser. En faisant de l’intégrité, la première priorité de son gouvernement, Pauline Marois a démontré sa détermination à rétablir le lien de confiance nécessaire pour que le Québec se remette à avancer. Et ça a été efficace.

Un exemple? L’emploi.

La politique économique Priorité Emploi a contribué à ce que l’emploi au Québec atteigne des sommets. Quatre millions de travailleurs! C’est là que nous en sommes et nous continuons à poser des gestes concrets pour en faire encore plus : nouvelle entente sur la formation de la main-d’œuvre conforme à l’approche québécoise; stratégie Tous pour l’emploi qui contient 27 mesures pour stimuler la participation au travail de groupes sous-représentés, les prestataires de l’assistance sociale, les personnes immigrantes, les moins de 25 ans, les plus de 55 ans et les personnes handicapées; et c’est sans compter toutes les ententes que le gouvernement a pris avec le secteur privé pour créer ou maintenir des emplois. Pensons aux travailleurs d’Alcoa dont les emplois sont assurés pour les 15 prochaines années grâce à la vision et au leadership de Pauline Marois.

Le gouvernement est plus transparent, le Québec est plus prospère, des emplois se créent, l’économie se replace. Le Québec a recommencé à avancer. Nous sommes prêts pour la relance mondiale.

Et pendant que nous agissions pour l’emploi et l’économie du Québec, Philippe Couillard cachait, le plus longtemps possible, à la population les visites de l’UPAC à son parti.

Dans tous les aspects de l’action gouvernementale, Pauline Marois a démontré qu’elle est déterminée à défendre les intérêts du Québec, le chef des libéraux, lui, préfère les intérêts de son parti.