Publié le 14 mars 2014 par Permanence nationale

Philippe Couillard contre l’Institut de la statistique du Québec

L’Institut de la statistique du Québec a rendu publiques cette semaine, comme il le fait chaque année à cette période, les données sur l’emploi pour 2013. Voici ce qu’il en dit :

L’emploi poursuit sa progression au Québec en 2013 (12 mars 2014)
Le marché québécois de l’emploi a progressé de 1,2 % (+ 47 800) en 2013, comparativement à 0,8 % (+ 30 800) en 2012. Les emplois créés sont tous permanents et se retrouvent dans les établissements comptant moins de 100 employés. Par ailleurs, la majorité des nouveaux emplois sont à temps plein et non syndiqués; ils bénéficient surtout aux hommes et au secteur privé. Le taux de chômage recule de 0,2 point, à 7,6 %. Le salaire horaire moyen des employés québécois s’élève à 22,52 $ en 2013; il a crû plus vite que l’indice des prix à la consommation (+ 1,5 % c. + 0,7 %). C’est ce qui ressort, entre autres, de la publication intitulée État du marché du travail au Québec. Bilan de l’année 2013, rendue publique aujourd’hui par l’Institut de la statistique du Québec à partir des données de l’Enquête sur la population active de Statistique Canada.

Or, dans une publicité mensongère diffusée par le Parti libéral, Philippe Couillard tente de faire croire aux Québécois que l’emploi va mal, alors qu’il sait que c’est tout le contraire. Création d’emplois nette, augmentation du travail à temps plein, diminution du chômage, augmentation du salaire horaire; tous les aspects de l’emploi ont progressé en 2013 grâce, notamment, à l’action de notre gouvernement.

Mais puisque cette excellente nouvelle pour les travailleurs québécois ne correspond pas à son message alarmiste, le chef libéral décide de s’en prendre au messager, l’Institut de la statistique du Québec, l’accusant d’obscurantisme!


La vérité est simple : pour se poser en sauveurs et pour servir leurs fins partisanes, les libéraux préféreraient que l’emploi au Québec aille mal et que le chômage augmente. Malheureusement pour eux, l’équipe économique du Parti Québécois a accompli un excellent travail et nous sommes sur la bonne voie.

Dans l’évaluation de la situation de l’emploi, Raymond Bachand et Jean Charest utilisaient eux aussi les données de l’ISQ, un organisme neutre et reconnu pour son expertise; Philippe Couillard a même reconnu qu’il ne changerait pas les méthodes de calcul de l’ISQ s’il était élu.

Les libéraux utilisent, dans leur publicité et les images qu'ils partagent sur les réseaux sociaux, des données erronées. Faire peur aux Québécois, quitte à leur mentir, fait partie de leur plan de campagne. Cette désinformation est néfaste, à la fois pour le Québec et pour l’image qu’elle projette des Québécois.

En accusant l’ISQ de créer de l’obscurité, Philippe Couillard nuit aussi à l’image d’une grande institution québécoise. C’est indigne d’un homme aspirant à devenir premier ministre du Québec.

Décidément, quand on ne partage pas les vues de M. Couillard, les insultes arrivent vite.

  • Économie
  • entrepreunariat
  • Marché du travail