Publié le 15 mars 2014 par Permanence nationale

Notre politique sur l’itinérance : vivre dans la dignité

En lisant ce billet, posez-vous les questions suivantes, et gardez les en tête : est-ce le rôle d’un gouvernement d’aider celles et ceux qui en arrachent le plus? Est-ce un rôle dont il peut se délester, qu’il peut prendre à la légère?

Au Parti Québécois, notre réponse est simple : la solidarité doit être au cœur de toutes nos actions. En tout temps.

Le Parti Québécois a doté le Québec d’une politique nationale de lutte contre l’itinérance. Elle était réclamée en vain depuis 8 ans et les libéraux ont fait la sourde oreille. Le message est clair : au Québec, il n’y aura pas de laisséspourcompte. Devant la pauvreté et la misère, nous devons faire front commun. Soutenir les plus démunis. N’abandonner personne. Agir pour que tous puissent manger à leur faim, dormir au chaud, vivre dans la dignité.

La Politique nationale de lutte à l’itinérance, présentée par Véronique Hivon – la ministre qui nous a habitués à une politique à visage humain –, se déploiera selon cinq axes d’action prioritaires : le logement; les services de santé et les services sociaux; le revenu; l’éducation, l’insertion sociale et l’insertion socioprofessionnelle; ainsi que la cohabitation sociale et les enjeux liés à la judiciarisation.

En somme, tous les aspects qui peuvent freiner l’intégration des personnes itinérantes sont pris en compte.

C’est pourquoi nous avons prévu, dans le budget 2014-2015, investir pour la construction de 3250 logements sociaux, dont 500 seront réservés aux personnes en situation d’itinérance. On veut donner un chezsoi à des gens qui n’en ont plus, et leur donner la chance de réintégrer pleinement notre société. Mais, pour ça, il faut plus que des logements.

Par conséquent, nous développerons et bonifierons les services de proximité, principalement en santé et services sociaux et en soutien communautaire, grâce à un investissement de 6 millions de dollars.

De plus, parmi les mesures annoncées l’automne dernier dans le document La solidarité : une richesse pour le Québec, 120 millions de dollars sur 3 ans ont été octroyés pour soutenir la mission globale des organismes communautaires en santé et services sociaux.

Bien sûr, tous les problèmes liés à l’itinérance ne seront pas réglés en un an, mais notre gouvernement continuera à travailler sans relâche pour que tous aient la chance de vivre dans la dignité. La solidarité, ce n’est pas seulement des mots qu’on affiche sur une pancarte pendant cinq semaines; c’est des gestes qu’on pose au quotidien avec une volonté forte et une vision claire.

Pauline Marois et son équipe sont déterminées à améliorer les conditions de vie de tous les Québécois. Lutter contre l’itinérance, c’est aussi ça, enrichir le Québec.

  • itinérance
  • Solidarité
  • Pauline Marois