Publié le 8 novembre 2013 par Pauline Marois

La politique familiale du Québec : un succès à poursuivre

La politique familiale du Québec permet aujourd'hui à des milliers d’enfants de connaître un meilleur départ. Mais revenons en arrière et rappelons-nous il y a près de 20 ans.

Le visage de la famille québécoise avait profondément changé. Le gouvernement du Parti Québécois de l'époque devait relever un défi de taille : identifier des mesures qui permettraient d’assurer l’équité par un soutien universel aux familles et une aide accrue aux familles à faible revenu; faciliter la conciliation des responsabilités parentales et professionnelles; et favoriser le développement des enfants et l’égalité des chances. Tout cela dans un contexte budgétaire qui était alors très strict.

Pour y arriver, il nous a fallu de l’audace, de la détermination et de la rigueur. Mais, heureusement, ma complice de l'époque, Nicole Léger, aujourd'hui ministre de la Famille, et moi n’étions pas seules. La politique familiale était devenue le projet d’un gouvernement, voire d’une société.

Grâce, notamment, aux services de garde éducatifs à contribution réduite mis en place en 1997, le Québec devance maintenant le Canada quant au taux d’emploi chez les femmes. Notre politique familiale est même considérée comme l’une des meilleures au monde.

Mais derrière les statistiques, il y a des milliers de vies que nous avons contribué à rendre meilleures, comme celle de cette jeune femme rencontrée cet été, qui m’a raconté qu’elle avait eu un enfant lorsqu’elle était très jeune. Grâce à notre politique familiale, elle a pu offrir à son bébé les meilleurs services éducatifs. Elle a pu rester à l’école. Aujourd’hui, son enfant grandit, elle a une maison et elle travaille.

Des témoignages comme celui-là nous inspirent et nous rappellent combien nous avons eu raison de nous doter d’une telle politique.

Près de 20 ans plus tard, force est de constater que la réalité des familles québécoises continue d’évoluer. Cependant, une chose demeure : c’est la volonté de notre gouvernement d’agir pour leur bien-être.

Pour nous, prendre soin de notre monde, prendre soin de nos familles et de nos enfants, c’est renforcer le Québec. Une société qui se mobilise, des organismes famille et des réseaux de la petite enfance mieux outillés, plus de parents et d’enfants heureux dans toutes nos régions, c’est ça, un Québec plus fort.

  • Famille
  • Garderies
  • Solidarité
  • Pauline Marois