Publié le 15 septembre 2016 par Raymond Archambault

Démystifier le scrutin préférentiel

Dès le 5 octobre et jusqu’au 7 octobre, les membres du Parti Québécois seront appelés à élire la prochaine ou le prochain chef de notre formation politique. Pour ce faire, ils auront besoin de leur numéro de membre (inscrit sur leur carte de membre) ainsi que de leur numéro d’identification personnelle (NIP) indiqué dans un dépliant envoyé par la poste prochainement. Le scrutin aura lieu par téléphone ou par Internet, il n’est donc pas nécessaire de se déplacer. Le vote est accessible et rapide dans le confort de son foyer.

Or, les électeurs ne seront appelés aux urnes qu’une seule fois, indépendamment du nombre de candidats. Comment est-­ce alors possible qu’une candidate ou qu’un candidat recueille le 50%+1 nécessaire pour être déclaré chef du Parti Québécois? Grâce au scrutin préférentiel.

C’est en effet cette technique de vote qui a été retenue par les militantes et les militants du Parti Québécois afin de procéder au choix de notre prochaine ou prochain chef.

En bref, lors du vote du 5 au 7 octobre, comme il y a quatre candidats, les électrices et les électeurs devront indiquer leur premier choix, puis leur deuxième choix, puis enfin leur troisième choix en les notant de 1 à 3. Le système enregistre les choix et la tâche de l’électeur est complétée aussitôt qu’on lui communique un numéro d’enregistrement.

Lors du dépouillement, on procède à un premier décompte. Ne sont comptés que les premiers choix de tous les électeurs. Si une candidate ou un candidat obtient d’emblée 50%+1 des voix, il est déclaré chef du Parti Québécois et le dépouillement cesse à ce moment. Par contre, si aucun des candidats n’atteint la majorité nous procédons immédiatement au deuxième décompte.

La candidate ou le candidat ayant obtenu le moins de votes, ainsi que ceux ayant obtenu moins de 10%, sont retirés de la liste.

L’on regarde alors le deuxième choix des électeurs qui avaient opté pour les candidats éliminés. L’on reporte alors ces deuxièmes choix sur les candidatures restantes. Si le deuxième choix d’un électeur est également retiré, il faut alors considérer le troisième choix. Dès lors, le deuxième décompte est complété et nous pouvons observer les résultats.

Si une candidate ou un candidat obtient 50%+1 à l’issue du deuxième décompte, cette personne est déclarée chef du Parti Québécois.

Si ce n’est toujours pas le cas, la candidature ayant le moins de votes est retirée, ce qui ramène la liste finale à deux candidatures, et l’on procède au troisième décompte. Comme pour le deuxième décompte, les deuxièmes choix (ou les troisièmes si le deuxième choix est d’ores et déjà retiré de la liste) sont considérés et reportés sur les candidats encore en lice.

À l’issue de ce processus, l’une des candidatures obtient 50%+1 et nous avons une nouvelle ou un nouveau chef.

Les règles stipulent qu’il n’est pas obligatoire d’exprimer un deuxième ou un troisième choix. Mais l’électeur devra se rendre à la fin de l’exercice en indiquant qu’il renonce à exprimer plus d’un choix.

L’équipe du Parti Québécois mettra tout en oeuvre pour que le vote soit aussi rapide et simple que possible. Si jamais des électrices ou des électeurs avaient des questions sur le processus ou le mode de scrutin, le centre d’appel de la permanence sera disponible durant les journées de scrutin pour faciliter le vote.




  • candidat
  • Carte électorale
  • Course à la chefferie
  • élections
  • Québec