Agir individuellement pour réussir collectivement

Permanence nationale

Équipe de services aux membres du Parti Québécois.

jeudi 31 mars, 2016

Récipiendaire du prix Relève 2016 qui lui a été remis en reconnaissance de son militantisme actif au Parti Québécois, Guillaume Lafortune a toujours été grandement impliqué dans son milieu. Il comprend d’ailleurs mal qu’on puisse ne pas s’intéresser à ce qui se passe autour de soi. Pour Guillaume, ne pas prendre sa place équivaut à la laisser à d’autres, et à ainsi courir le risque qu’ils en fassent un usage moins noble.

Espérant être de ceux qui feront la différence autour d’eux, il s’implique donc le plus activement possible pour faire avancer les choses. Et malgré les défaites qui peuvent se produire, chaque petite avancée est pour lui une grande victoire.

«C’est un peu une mode de vouloir changer le monde à l’international, mais le changement, ça commence chez soi. Pas besoin d’aller très loin pour trouver quelque chose à changer.»

Guillaume a toujours été indépendantiste. Quand Bernard Drainville, un ami de son grand-père, a demandé à le rencontrer après que ce dernier lui eut fait part de l’intérêt de son petit-fils pour la politique, il a bien sûr accepté. On doit avouer que Bernard a un bon flair: un an plus tard, Guillaume joignait l’exécutif de Marie-Victorin comme représentant jeunes, avant de devenir rapidement, quelques mois après, vice-président, puis président.

«Ce qui est bien au Parti Québécois, c’est qu’il y a de la place pour tout le monde, et qu’on nous laisse la place qu’on veut prendre. C’est un heureux mélange de jeunes qui ont la fougue et de gens d’expérience qui sont prêts à les former et à leur passer le flambeau.»

Guillaume Lafortune, prix Relève 2016

Fort de la réussite de l’organisation de différents événements au sein de sa circonscription, Guillaume a eu l’idée l’an dernier d’organiser un sommet sur l’indépendance en Montérégie, à la fois pour transmettre du contenu aux militants dans le cadre d’un événement moins partisan qu’un rassemblement politique, mais également pour tendre une perche aux indépendantistes des autres formations politiques dans une optique de convergence des forces souverainistes.

Et ce fut un grand succès! Son équipe et lui ont réussi à réunir 350 personnes autour de conférenciers de tous horizons, parmi lesquels on retrouvait Sol Zanetti, Gabriel Nadeau-Dubois et Catherine Fournier. Impressionnés par leur propre succès, Guillaume et son équipe réitéreront l’expérience cette année, plus précisément le 13 novembre prochain, avec un nouveau sommet sur l’indépendance autour d’une thématique différente. Comme il le dit si bien :

«Les seuls combats qu’on est sûrs de perdre, c’est ceux qu’on ne mène pas.»

Malgré qu’il ait gagné le prix Relève, Guillaume tient à souligner qu’il y a plein d’autres jeunes de qualité au Parti Québécois qui auraient mérité cette reconnaissance tout autant que lui. Tant mieux, car plus nous serons, mieux nous réussirons.

Toutes nos félicitations encore, Guillaume, et merci de ton implication assidue!


Vous souhaitez faire une différence comme Guillaume? Impliquez-vous sur le terrain! --> http://mon.pq.org